Bienvenue sur le blog de Wendenmi Ezéchiel OUEDRAOGO

Je suis une branche de la vigne

Les transfusions sanguines aussi ne marchaient pas. Mon corps faisait à chaque fois une réaction d’incompatibilité. Alternativement, je prenais le fer (médicaments contenant du fer) en sirop ou en comprimé pour compenser. Il m’arrivait de me sentir mieux et le lendemain beaucoup moins bien. je maigrissais d’avantage. Les escarres (plaies)me fatiguaient. Ils étaient très profonds et très larges.

Un soir je suis sortie prendre l’air, en voulant m’aider à rejoindre mon lit, je voyais mon sang qui coulait. Vite on m’a installé pour voir c’est quelle plaie qui saignait. C’était au niveau de la droite de ma hanche. Il s’agissait d’ un déboîtement.je pouvais voir la tête du fémur carrément hors cavité et le sang qui continuais à couler. J’ai tout de suite appelé Mr B(mon oncle) qui est venu aussitôt.il m’a prescrit une ordonnance qu’on est allé chercher en pharmacie et Dieu merci les produits ont pu arrêter  l’hémorragie. Le lendemain on m’a conduit à l’hôpital. Le Dr est venu voir et il a dit qu’il ne pouvait rien faire. On m’a ramené a là maison. Mr B était là. J’avais beaucoup de gens autour de moi. On continuait le pansement à la maison avec Mr B.c’est lui qui faisait tout. Trois semaine après il y’avait une nette amélioration. Le Dr B(Le chirurgien orthopédiste) aussi était en mission à Ouahigouya. Alors on m’a amené le voir.il m’a interné pour me prendre au bloc.mais je faisais toujours des réactions à la transfusion sanguine. J’étais faible aussi. Finalement il n’a pas pu me prendre au bloc.je suis retourné à la maison. On continuait les soins. Petit à petit la plaie se refermais. J’étais content.

En 2015 j’ai développé encore des maladies entre autres des infections. Les escarres qui allaient mieux, qui cicatrisaient bien, ont rechuté. Ça devenait à nouveau large et profond, il y avait souvent des asticots. J’ai développé une plaie au niveau du genou qui s’est vite compliquée. chaque jour, matin et soir il fallait presser le genou pour évacuer la pue. et il y avait des petits morceaux de chair qui sortaient avec la pue. c’était comme s’il y avait des souris dans mon genou qui rongeaient la chair. Les ligaments étaient rongée. Le rotule n’était plus à sa place. Ça devenait de plus en plus large et l’os est sortie.je venais de faire un deuxième deboitement.et encore je voyais mon os dehors.

Je n’allais vraiment pas bien. Les choses se compliquaient pour moi. Début 2016 le côté gauche de la hanche, l’os est sortie de sa cavité. Était le troisième déboitement . Alors j’avais une première déboîtement qui n’était pas totalement résolu et voilà deux autres qui viennent s’ajouter. Le genou et la hanche gauche.

J’étais couché, très affaibli Dieu m’a encore fait grâce. Le Dr B était encore en mission à Ouahigouya.ma tantie la amené chez nous, Il était là avec une partie de son équipe. Il a dit de m’amener à la clinique. Ils m’ont bandé jusqu’à la hanche, afin immobilisé et on m’a conduit à la clinique. Il y’avait toute une équipe avec à sa tête ma maman suisse(une bonne dame que j’ai connue en 2005) qui m’attendait. Ils ont commencé les soins, les antibiotiques ,antipaludisme….

On a essayé à nouveau la transfusion sanguine et ça a marché . Le Dr B a pu me prendre au bloc. L’opération s’est bien passée. Au niveau du genou j’avais perdu mon rotule. On m’avait placé un fixateur.au niveau de la hanche gauche on m’avait retiré la tête du fémur.

Le lendemain de l’opération j’ai été conduit dans ma chambre.ma maman suisse avec une bonne partie de l’équipe faisait mes soins. Quelques semaines après la mission est finis et ils sont repartis chez eux. Mais ils ont laissé une fille (infirmière) qui faisait partie de la mission pour qu’elle continue mes soins quelque temps avant de rentrer elle aussi. Chaque jour on faisait le pansement. J’avais pas grand-chose à faire. Quelque mois après l’opération, le fixateur du genou a lâché. On était obligé de le retirer et placer un attelle. L’attelle aussi n’a pas tenu longtemps, et m’ont posé un plâtre avec une ouverture pour le pansement. On n’arrivait pas à bien faire le pansement, et finalement le plâtre a été retiré et c’était des bandes qu’on utilisait. c’était juste une petite peau de quelques centimètres qui tenaient le pied juste en bas du fémur et du tibia. Je suis resté sept mois à la clinique jusqu’à la prochaine mission qui était prévu en août en 2016. Durant les sept mois, Dieu a vraiment tout pourvu. Tout le matériel de pansement était pris en charge par ma tantie et l’équipe médicale qui était en mission.

Lorsque le Dr B est revenu en août pour la mission et est passé me voir. j’étais content de le voir et content aussi parce que je croyais qu’il allait trouver une solution à mon genou et me libéré pour que je puisse rentrer chez moi.il a défait les pansements, au niveau de la hanche c’était bien, mais arrivé au niveau du genou il dit: Eze tu vois le fixateur n’a pas tenu et pour éviter les infections et les complications le mieux c’est d’enlever le pied à partir d’ici. Il me montrait la petite peau qui tenait le pied.

Du coup j’étais perdu je ne savais pas quoi répondre. Il m’a dit qu’il allait me laisser réfléchir. J’ai appelé mes parents. Je leur ai dit que le Dr était là mais a une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle au niveau a la hanche c’est bien et la mauvaise au niveau du genou c’est l’amputation on me propose. Ils sont venu le rencontrer, ils ont discuté. Mais la décision finale me revenait. Le lendemain matin quand mon père est venu me voir, en partant il a prié pour moi comme d’habitude et il y’a une phrase que j’ai retenue jusqu’à présent.il a dit: Jésus si cela devait se faire, aide nous à garder la foi.

Le Dr est revenue me voir pour ma décision, je lui ai dit que je n’étais pas prêt  et que je voulais rentrer chez moi et réfléchir à tout ça. Il m’a libéré et je suis rentré avant la fin de mission. J’avais jusqu’à la prochaine mission qui était prévu en février 2017 pour me décider.

Alors je suis rentré chez moi. J’espérais vraiment une amélioration au niveau du genou. Les groupes de prière se sont formé et beaucoup priaient pour moi. Mon oncle et mon beau-frère continuaient le pansement. J’avais toujours des infections, le bandage du genou ne tenait pas, l’os était chaque fois dehors, je souffrais.

Début janvier 2017 un soir ma tantie est venu me montrer un mail de Dr B qui me demandait si j’avais pris une décision. j’ai dit oui. je suis d’accord pour l’amputation.

Alors vers le 9 février je suis allé à la clinique faire un prélèvement de sang pour les examens post-opératoire. On m’a interné. Ils m’ont fait une transfusion sanguine sans problème, l’anesthésiste a discuté avec moi.

Le 13 février matin, vers 8h ma maman suisse m’a préparé psychologiquement pour le bloc. Ma mère, ma tantie, les infirmiers étaient là et j’étais bien entouré et bien encouragé. On m’a conduit au bloc. J’étais placé sur la table et l’anesthésiste c’était mon oncle maternel. C’est lui qui avait fait l’anesthésie à ma première opération. On discutait pendant qu’il plaçait les solutés. Je n’avais pas du tout peur. j’avais confiance en Dieu et je savais qu’il allait veiller à ce que tout ce passe bien. Alors mon oncle me dit: neveu il est temps de dormir.je dit ok pas de problème. Apres je n’ai rien su.

Je me suis réveillé en réa, j’entendais le bruit du saturomètre, le Dr était assis juste à la place du pied qu’on venait d’amputer. On me demandait si ça va et qui je voulais voir premièrement ?. J’ai répondu mon père et ma mère et ils sont rentrés me voir. Ensuite quelques membres de la famille. L’infirmier ma posé un tas de questions que j’ai bien répondu et on m’a conduit dans la salle l’hospitalisation. Les collègues de mon père, étaient là aussi, ils ont prié pour moi. Le même soir de l’opération je suis sortie discuter avec la famille et les gens qui venaient me rendre visite jusqu’à 21h. deux jours après on m’a conduit dans ma chambre. J’avais une très bonne prise en charge. je ne manquais de rien. Le 26 février  la plaie du genou était cicatrisée. On pouvait enlever les fils. Le 27 c’était la fin de la mission et je suis rentré chez moi bien en forme.

Depuis 2017 jusqu’à l’heure où j’écris ces lignes, ma santé s’améliore de jours en jours. Dieu fait des merveilles dans ma vie. je prends très rarement les antibiotiques, je ne connais plus d’anémie, je sors en promenade, je vais chez mes amis. J’ai toujours des visiteurs. Mes amis sont toujours présents. Le pansement s’est mon petit frère, notre benjamin qui le fait, et quand il y’a un soucis mon oncle et mon beau-frère nous aident. J’admire le courage et la volonté de mon petit frère qui m’assiste nuit et jour. Toute ma famille m’apporte beaucoup d’amour. Jour et nuit ils sont présents.

C’est pour cela je dis avec assurance, ce n’est plus moi qui vit, c’est Jésus qui vit en moi. c’est Lui qui a le dernier mot sur ma vie. Ma confiance est placée en Dieu.

19 thoughts on “Chapitre II : Les soins reçus – Partie 3(suite et fin)

  1. Bonsoir, j’ai lu ton histoire avec beaucoup d’émotion et je peux dire que tu as souffert comme Job et comme lui tu as triomphé par ta foi en notre Seigneur Jésus Christ. Je suis sûre que ta vie aura un impact positif sur celle de plusieurs personnes malgré les épreuves par lesquelles tu es passé et c’ est ça l’essentiel pour toute vie. Demeure béni.

  2. Car lorsque je suis faible ,c’est alors que je suis fort🙏🏼🙏🏼….Je viens de mieux comprendre ce passage biblique en lisant ces lignes…
    Puisse le Dieu dont la force de la résurrection dépasse celle de la guérison pourvoir encore et encore à tes besoins……

  3. Mon doyen!! Je t’admire beaucoup pour ton courage et ta foi en Dieu. Si c’était d’autres personnes, il y a longtemps, ils ont insulté Dieu. Moi toi, tu continues de garder ma foi malgré les circonstances. Dieu te surprendra sûrement encore.
    Merci bien pour ce chapitre de ta vie qui est très édifiant.

  4. Dieu n’abandonne jamais ses enfants.Vraiment courage ,t’es un symbole de Courage. Force à toi couz , on n’ es tous derrière toi

  5. Garde toujours la pêche, Dieu opère des miracles. Toi t’es un miraculeux. Je pense à cette chanson que t’aimais fredonner quand on jouait  » Bàl mam tēgà wendé, bàl mam tēgà wendé » t’as toujours crû en Dieu et tu ne manques pas de le louer. Force à toi 💪

  6. 😥😥Vraiment, je vous encourage à garder toujours la foi en Dieu,il a le dernier mot dans votre vie, je fais que coulé des larmes, je prie que Dieu opère des miracles.

    1. Amen merci.
      C’est vrai que mon histoire est triste,mais ne pleurer pas.rendez grâce à Dieu pour ma vie.Il fait des merveilles.Il est fidèle et Il agira
      Demeueez bénis

  7. 😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭😭 « Jésus si cela doit se faire, aide-nous à garder la Foi. » Waouhhh l’Éternel notre Rédempteur est Vivant et se lèvera toujours le Dernier sur chaque situation. Alléluia ! Frère, tu es un vase d’honneur. Gloire à l’Éternel pour ta Vie.❤

  8. Tu es un garçon courage et fort que Dieu puisse t’aider dans tout ce que tu fais et qu’il t’accompagne j’ai appris beaucoup de choses en lisant ton histoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.